Achat, Vente & Restauration de Malles et Articles de Voyage

+ 33 6 43 65 42 45

L'origine de la maison Moynat

L'origine de la maison Moynat

Malletier depuis 1849

L'origine du malletier

L’histoire de Moynat commence en 1849, lorsque François Martin Coulembier, deux années après son mariage avec Octavie, décide de s’établir fabricant malletier avec ses fils Jules et Charles Ferdinand. Dès lors, Jules (l’Ainé) prend la direction de l’usine au 13 rue Cambon tandis que Charles dirige la boutique au 13 avenue de Clichy. Dans les années 1960, la jeune Pauline Moynat, fille d’artisan et savoyarde, cherche à travailler sur Paris. Elle est naturellement sensible aux matériaux et parviendra rapidement à être embauchée dans plusieurs maisons (chez les coulembier notamment ou elle rencontrera Octavie coulembier).

Boutique place du Théâtre-français et Gutta Percha

À la suite de son mariage avec Jean Baptise Legry, layetier emballeur Parisien, et sur les conseils d’Octavie avec qui elle s’est lié d’amitié, Pauline décide de s’établir dans sa propre maison. L’Opéra Garnier vient de surgir près du palais royal, et c’est tout près de cette nouveauté que Pauline Moynat achète en 1869 une très grande boutique de 300 mettre carré à l’angle de la rue du théâtre Français et de l’avenue de l’opéra. C'est les malles en Gutta percha qui sont le premier succès de la maison Moynat. Originel de l'archipel de Sumatra, c'est ce matériau qui a permis d'étanchéifier le premier câble télégraphique reliant l'Europe au continent américain.

Ces caractéristiques inspirent la maison Moynat à l'utiliser pour recouvrir l'intérieur et l'extérieur de ses articles. L'invention, dont le brevet a été déposé le 9 décembre 1854, rend ses malles complètement imperméables et provoque une petite révolution dans le monde du transport d'objets. À tel point que lors des Expositions Internationales et Universelles de Bruxelles en 1910 et Gand en 1913, la section française crée dans son pavillon un groupe pour le secteur du voyage nommé « Groupe industrie du caoutchouc et de la Gutta-Percha, objets de voyage et de campement ».

On raconte aussi que certains voyageurs transformaient leurs malles étanches en baignoire, au coeur de la jungle "Baignoire le matin et malle à vêtement l'après-midi". En 1877, François Martin Coulembier décède laissant la direction de l’entreprise à sa veuve, Octavie, et son fils Ainé, Jules, formant la société Veuve Coulembier et coulembier fils ainé. C’est en 1885 que Jules Coulembier s’associe avec son frère Edmond pour reprendre le fonds de commerce. Dès lors, la même usine va fournir des bagages aux Coulembiers et à Moynat, toujours situé 5 place du théâtre Français. Peu à peu, les coulommiers s’investissent dans l’entreprise Moynat, jusqu'à en prendre totalement possession en 1910.

L'usine du 15 rue Coysevox

Le 5 juillet 1907, un permis de construire est obtenu pour la construction d’une usine située au 15 rue Coysevox. Les travaux dureront 3 années. Située dans le 18e arrondissement, cette nouvelle fabrique constituée de 5 étages est l'oeuvre de l'architecte M. Gaté. Il conçoit une fabrique-modèle, pouvant réunir sur un même lieu de production, deux cent cinquante ouvriers de professions différentes (futiers, ferreurs, coffretiers et autres façonniers) . On retrouve au sous-sol les différents bois et futiers, au rez-de-chaussée l'accueil des voitures de livraison, la menuiserie au premier, l'entoilage au deuxième ainsi que le stockage des peaux au troisième. Le quatrième étage rassemble l'ensemble des fabricants de nécessaire de voyage et panier à pique-nique avec un grand nombre de vanniers ou maroquiniers spécialisés.

Depuis l'annonce de la première voiture par les frères Peugeot en 1889 lors de l'exposition universelle, la maison Moynat veut absolument démarquer des autres malletiers grâce à l'automobile. Dès lors, un nombre considérable de modèles sont présentés dès le début des années 1900, avec des formes, des matériaux et des caractéristiques très variées. On retrouve notamment les malles limousines fabriquées sur mesure et arrimé grâce à un système d'attaches ressort breveté, d'un verrou levier et de talonnettes pour éviter de rayer la carrosserie. On distingue ces malles grâce à une forme particulièrement galbée, permettant de repartir le poids du contenu sur toute la surface du bagage. Protégeant ainsi le châssis de la voiture de charges trop lourdes mal réparties.

Les frères Coulembier

Les Frères Coulembier, comme on les appelle, deviennent très vite figures incontournables du petit monde des articles de voyage parisien.

En 1910, les fils de Jules Ferdinand, nommés également Louis, Jules et Maurice, vont rejoindre la société, qui devient Jules Coulembier Aîné & ses fils. La maison connaitra son apogée sur égide des petits-fils du fondateur, qui la mettent sur le devant de la scène lors des expositions universelles du début du siècle. L’affaire restera entre les mains des frères Coulembier jusqu’en 1976.

La renaissance de la marque

L'emblématique boutique du 5 place du Théâtre-Français ferme en 1976. C'est la famille Scholl qui reprend la marque dans les années 1980. En 1989, la société Malles et Voyages est rachetée par Orcofi, la holding de la famille Vuitton qui vient de céder la majorité de ses parts dans LVMH. Henry Racamier, qui dirige Orcofi, projette de relancer Moynat pour concurrencer Louis Vuitton. En 1996, la holding Orcofi est cédée à AXA, ses actifs sont démantelés et les ambitieux projets de relance pour Moynat ne verront finalement pas le jour.

Début 2009, les droits sur Moynat seront repris par une société d'investissement luxembourgeoise, Luvanis, qui les cédera au Groupe Arnault en mai 2010.

Aujourd'hui la maison Moynat est présente dans de nombreux pays, avec un intérêt particulier l'histoire du malletier. On retrouve dans le nouveau catalogue de nombreux modele inspiré des plus grand succés de la marque  (model Régane ou la malle Limousine) ainsi que de nombreuses malles en décoration.