Achat, Vente & Restauration de Malles et Articles de Voyage

+ 33 6 43 65 42 45

L’origine du malletier

XIV - XIXème siècle

1338 - 1380

C’est au XIV siècle, sous Charles V, que le métier de coffretiers malletiers apparait, avec la fabrication de coffres, cantines, sommiers ou bahuts en bois. Ces coffres étaient garnis ou cousus d’un cuir épais et servaient surtout au transport de marchandises.

1479

Il y a seulement sept coffretiers sur le royaume de France. Les artisans coffretiers décident de former une « corporation » afin de distinguer leur métier de celui des sellier-arracheur et défendre leurs intérêts. Deux arrêtés rendus par Louis XI furent ainsi signés en 1481 au château de Vincennes.

1515 - 1547

C’est à la suite du développement des carrosses en France, sous François 1er, qu’un charpentier décide de faire des « malles » pour les voyageurs fortunés. Cet artisan, au sud de Poitiers, s’appelait Maltier et donnera par la suite son nom à cette profession.

1596

Le terme de Coffretiers Malletiers est officialisé par Henri IV le 28 septembre 1596. L’orthographe reste encore incertain entre « Maletier » (le nom d’origine de l’artisan) et le « malletier » jusqu'à la révolution. On retrouve le document "Ordonnances et statuts des maitres coffretiers-maltiers de la ville de Paris" consultable à la bnf.

1718

On retrouve pour la première fois le terme « valise » dans un dictionnaire, décrit comme étant un grand sac accroché à la croupe du cheval. Le terme « nécessaire a thé » apparait également lorsque la duchesse d’Orléans déclare « Mon Fils a donné à sa soeur, une petite caisse ou se trouve tout ce qu’il faut pour mettre le thé »

1792

Un artisan nommé François Martin ouvre un premier atelier dans Paris. L’artisan devient rapidement emballeur de Son Altesse Royal la duchesse de Berry et laissera par la suite l’entreprise au jeune François Goyard.

1843

Après la présentation une année auparavant, de la première malle lit, Alexis Godillot et son fils crée l’entreprise Bazar Du Voyage, rue Neuve-saint-Augustin. Pour développer le nouveau marché des articles de voyage, avec des produits en cuir pour la chasse ou la pêche. Ils vont surtout se démarquer par la création des premiers sacs de voyage en toile, avec un fermoir et deux poignées en cuir. L’entreprise sera dirigée 5 ans après par le Prussien Alphonse Walker, toujours sous les ordres d'Alexis Godillot qui emploie plus de 1000 ouvriers sur Paris.

1845

Charles Etienne Rouselle s’établit au 229 rue Saint-Honoré et crée l’entreprise Aux Etats Unis. Une année après, en 1846, c’est François Martin Coulembier qui se déclare Emballeur Layetier lors de son mariage, et qui donnera naissance avec ses fils Jules Ferdinand et Charles Ferdinand à la maison Moynat.
On remarque dans la ville de Paris en 1849, 382 malletiers emballeur. Ce nombre sera de 420 en 1860, puis dépassera les 600 en 1878.

1854

Deux années avant le brevet déposé à Vienne pour la première malle armoire, le jeune Louis Vuitton se déclare malletier emballeur a son tour et décide d’aplanir le capot des malles traditionnellement bombées.

1885

Age de 25 ans, Edmond Goyard reprend l'entreprise de son père. La même année, les fils Coulembier reprennent le fond de commerce et s'associe avec Pauline Moynat et Louis Vuitton ouvre sa première boutique a Londre au 289 Oxford Street.

1890 - 1892

Le décès de François Goyard est annoncé en 1890, laissant la reprise complète de l'entreprise par son fils. Deux années plus tard, c'est Louis Vuitton qui disparait dans la nuit du 27 au 27 février 1892 dans le pavillon d'Asnières.

1900

La marque Innovation vient d'être crée deux années auparavant par S.W Bonsall, avec une très grande usine a Bayonne dans le New Jersey. La premiere toile monogramme de chez Louis Vuitton existe depuis déja 4 ans et sera présentée lors de la grande exposition universelle. George qui a intègré le comité d'organisation décernera un prix a la maison Goyard, présentant leurs nouvelle toile Goyardine. Tandis que cinq années plutard, l'artiste Henri Rapin débutera une long colaboration avec la maison Moynat.