Achat, Vente & Restauration de Malles et Articles de Voyage

+ 33 6 43 65 42 45

L'histoire des étiquettes d'Hôtel

L'histoire des étiquettes d'Hôtel

Les affichettes de Voyage

L’art du voyage

Les étiquettes d’hôtels étaient en 1900 des petites affichettes collées sur les malles et bagages par le personnel des hôtels du monde entier pour promouvoir un établissement. Beaucoup de mouvements artistiques ont influé sur le style de ces petites affichettes, de 1880 aux années 1960. On y retrouve notamment aujourd’hui l’art déco avec le grand Hotel de Roblin à Paris, l’Expressionnisme ou bien l’Art nouveau. Comme pour les affiches anciennes, les étiquettes d’hôtels témoignent du courant artistique en vogue lors de leurs créations et des habitudes des voyageurs.

Des entêtes de facture

Originellement, elles sont inspirées de l’entête des factures que les hôteliers collaient directement sur les malles vers 1860 pour ne pas encombrer le client avec un reçu. Des artistes ont été par la suite sollicités pour décorer ces factures et mettre en avant l’établissement sur ce petit reçu. Les voyageurs avaient toujours un grand nombre de malles avec eux, et toutes étaient visibles des nombreux autres clients, c’est pourquoi ces affichettes offraient un support publicitaire important (« montre-moi tes bagages et je te dirais que tu es »).

Les hôteliers ont rapidement compris les avantages de cette publicité et des petites affichettes dédiées à la promotion des hôtels ont remplacé dans les années 1880 ces en-tête de factures colorés.

Voyage iconographique

Gaston-Louis Vuitton était parmi les plus grands collectionneur d’étiquettes d’hôtels du XXeme siècle, je me suis donc permis de reprendre un de ses ouvrages dédié a cette passion commune, pour vous présenter un peu mieux ces petites « affichettes du voyage ».

Voyage iconographique autour de ma Malle, écris en 1920 par Gaston Louis Vuitton :

« Ce bonheur, celui du vieux papiériste, vous l’auriez trouvé dans la salle des bagages.. Je voudrais vous y conduire, vous y faire circuler au milieu des malles, caisses, paniers, valises, etc., non pas pour rechercher un colis égaré, mais seulement pour examiner les papiers collés sur les bagages. »

Que trouve-t-on sur les vieux bagages? « On y retrouve l’empreinte des moyens de transport employés, des voyages réalisés, dés séjours effectués, tout cela marqué en vieux papiers, en étiquettes :

Ce sont d’abord des étiquettes de compagnie de chemin de fer portant le nom des points de départ et de destination, et le numéro d’enregistrement qui permettra, en principe, à l’arrivée de rentrer en possession des bagages confiés au transporteur.

Ensuite des étiquettes de trains spéciaux où la typographie sur un fond de couleur doit éveiller plus particulièrement l’attention de l’employé au service des bagages. 

Puis des étiquettes de grands express internationaux ; elles sont généralement rectangulaires, coupées diagonalement par l’énoncé du parcours, laissant ainsi libres deux triangles le plus souvent aux couleurs des drapeaux, l’un du pays de départ, l’autre du pays d’arrivée. » On trouve aussi des étiquettes de croisières, d’entreprise de transport des bagages des gares aux domiciles, des étiquettes de douanes, de transit, d’expéditeur, de garde meuble, store-room, etc., tous lieux où passaient les malles.

Enfin des étiquettes à bagages d’hôtels. Voici ce qu’on peut recueillir sur les malles usagées. Laissant de coté les premières de ces étiquettes, je me permettait seulement de faire passer sous vos yeux, en les accompagnant de quelque commentaires, les étiquettes à bagages des hôtels. »

 

Volez, Voguez, Voyagez

« Nous allons les suivre, et avec elles, faire le tour du monde, non pas en quatre-vingt jours comme Phileas Fogg, mais plus vite encore. Des pays, des civilisations anciennes, bien modernisées, hélas ou heureusement, vont être évoqués sur ces feuilles de papier ; puissent-elles être assez attrayantes pour vous donner le désir de les collectionner et peu être même de partir en Voyage. »


De quand date l’affichette?

« La maison Boutillier a édité ses premières vers 1890, tandis que la maison Maison Richter ne commence qu’en 1900. Personnellement je crois à une origine plus ancienne, mais je n’ai aucun document probant a l’appui de mon sentiment.
Je n'ai pas trouvé, et aucune des maisons d'impression auxquelles je me suis adressé n'a pu me signaler de travail sur ce sujet. On retrouve cependant dans la revue du Touring-Club de France d'octobre 1903, un article intitulé « Hôtelier, Touristes et Collectionneurs » ou l'auteur examine la publicité et la divise en deux : n°1 La publicité générale ; n°2 La publicité intime, parmi les manifestations de laquelle il cite : La paperasse qu’on y retrouve sous forme de carte-adresses, menu, étiquettes (douloureuses), papier à lettre, etc. Le Tecefiste n°100.639 ajoute : «  l'étiquette encore que peu employé est souvent curieuse, et à quoi cela tient-t-il, grand Dieu ! Simplement au snobisme de certains Anglais ou Américains qui se font une gloire d'exhiber au retour de voyage leur malles toute bariolées des étiquettes d'hôtel où ils sont passés »

« Des journalistes ont été frappé par certaines malles exceptionnellement couvertes d’affichettes et en ont donné des reproductions avec des articles énumérant les pays traversé. Ainsi voici une malle partie le 8 juillet 19 cents 11 revenu le 25 juillet 19 cents 12 après avoir traversé l'Autriche, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, l'Amérique, Hawaï, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, les Philippines, Hong Kong, la Chine, la Corée, le Japon, la Sibérie et la Russie ; c'est un tour du monde complet. L'article est publié par trois journaux différents en février 1913. Des Malletiers ont considéré que ces multiples papiers était un testimonial de la valeur de leurs produits et n’ont pas hésité à introduire dans leur catalogue une reproduction de malle ainsi habillée. »

 

Trois types d’étiquettes :

n°1 : Affichettes typographiées avec ou sans recherche dans la composition et dans le coloris.
Ses étiquettes si elles influencent le voyageur, l'influenceront uniquement en faveur de l'hôtel, et l’influenceront-elle mêmes? Car elles ont l'air bien vieillot, bien minable auprès des resplendissante affichette en couleur.

n°2 : Affichette illustré par reproduction de photographies ou dessin.
C'est déjà un progrès, mais elles ont encore un air désuet, de plus l'affichette doit être lisible à distance, et ce document trop fin travaillera seulement son texte, donc pour l'hôtel seul.

n°3 : Affichette illustré en couleur.
Là nous atteignons la perfection, non pas que toutes celles de cette catégorie soit bonne, mais du moins sont-elles susceptibles de l’être ? L'artiste dispose de la totalité des moyens d'action, et s'il veut tenir compte des règles de la publicité il est sûr du succès. Le lieu choisi, synthétiser autant que possible, pourra être présenté sous une large clarté lunaire ou sous un soleil resplendissant, nous pouvons assister au lever ou au coucher de l'astre radieux. Selon l'époque où le pays a sa plus grande vogue l'artiste nous présentera les claires luminosité du printemps, les verts de l'été, le roux de l'automne ou le gris de l’hiver. Doux ou violent, l'effet doit attirer l'attention, car c'est là ce qui est en avant tout rechercher.

 

Un langage secret

Dans les années 1900, tous les plus grands hôtels proposaient des étiquettes de ce type pour promouvoir leur établissement. Cette habitude permit aux bagagistes et grooms des différents palaces de créer un véritable « langage » du bagage, puisqu’en fonction de la position des étiquettes sur la malle, le personnel connaissait toute de suite la nature du client. Si le client était généreux, novice, désagréable.. L’accueil immédiatement different, puisque le personnel savait s’il aurait ou non ou pourboire. Des petites indications à la craie sur les bagages du client pouvaient également annoncer certaines choses..


Sous toutes ses formes

« Il n'y a aucun format spécial, et un nombre illimité de formes : le carré, le rectangle, le losange, le rond, l'ovale et des formes spéciales allant de l'écusson jusqu'aux motifs découpeé. La plus grande fantaisie règne et elle contribue à l’attrait de ces étiquettes. »

 

Les clients

« L'étiquette d’hôtel ainsi que nous l'avons dit est une publicité ; publicité que l'hôtelier fait un peu au détriment, ou tout au moins aux frais de son client, mais que dit celui-ci ? Que dit le possesseur de la malle prise ainsi comme support, comme médium d'une publicité hôtelière?

 

D'aucuns se rebiffent, regimbent, ils vont jusqu'à menacer de supprimer tout pour boire, si on ne respecte pas leurs bagages. Ils sont une infime minorité tandis que la majorité est composé des indifférents laisse faire. Lorsqu’il y aura pléthore, ils chargeront leur valet de chambre de procéder au nettoyage de la malle.

 

Les collectionneurs forment un groupe important, mais qui dit collectionneur dit aussi un peu, maniaque, donc sentiments personnels et forcément beaucoup de variantes. Celui-ci abandonnera au bagagistes le soin de coller les affichettes où il voudra, mais il interdira formellement à son malletier de toucher ses étiquettes lorsqu'il donnera sa malle à vérifier.

Il y a également les bagagistes qui souvent s’efforcent de masquer avec les étiquettes, celle d'un hôtel n'appartenant pas à leur groupe, le groupe du Ritz, Carlton, des Ruhl, des Negresco, des Marquets, etc..

Enfin nous avons celui qui demande les affichettes et les glisse dans le rubannage de l’intérieur du couvercle de la malle, à chaque fois qu’il l’ouvre il en a le spectacle, c’est un dilettante et les affichettes restant ainsi intactes. »