Achat, Vente & Restauration de Malles et Articles de Voyage

+ 33 6 43 65 42 45

Les différents modèles

Les Malles de cabine

Mesurant le plus souvent 33cm de hauteur, la malle cabine est apparue au début des voyages transatlantiques avec des dimensions correspondaient parfaitement à la hauteur des lits dans une cabine de paquebot. Ces bagages étaient étudiés pour permettre aux voyageurs de transporter aisément et simplement tous leurs effets, sans jamais craindre d’être volé ou de les perdre. Les clients pouvaient dans ce petit volume, garder l'essentiel de leurs vêtements utiles au voyage et s'assurer une certaine protection de leurs effets personnels, bien cachés dans une malle fermée à clé et rangée sous le lit.

On retrouve souvent sur les modèles cabines une poignée en façade. Originellement utilisée pour tirer la malle rangée sous le lit, elle facilitait également la manipulation des nombreux bagages empilés en hauteur, à l'arrivée ou au départ d'un steamer ou d'un train.

Malles de cabine en vente Découvrez le catalogue d’origine

Les Malles Courrier

Les malles courrier mesurent généralement entre 45 et 55 cm de hauteur. Originellement, cette catégorie de bagage doit son nom à la malle poste, le moyen de transport public le plus utilisé pour voyager d’une ville à l’autre au cours du 19ème. On retrouvait derrière cette calèche, un coffre rectangulaire bombé et recouvert d’un épais cuir appelé « vache », une peau très résistante contre les intempéries.

Ces malles étaient principalement utilisées par des hommes, car elles étaient de dimensions moyennes et très pratiques pour les courts séjours. Malles relativement légères, on retrouve souvent des poignées en cuir sur ces modèles, ainsi qu'une sangle en cuir pour assurer sa fermeture.

Malles courrier en vente Découvrez le catalogue d’origine

Les Malles Hautes

Bien plus hautes que les malles courrier, les malles hautes (aussi appelées de "taille intermédiaire" dans les catalogues d'époque) mesurent de 60 à 80 cm de hauteur. Ces bagages très massifs étaient principalement utilisés et commandés pour des voyages de longues distances nécessitant beaucoup d’espace. Elles étaient généralement aménagées de trois, voire quatre châssis intérieurs et offraient un nombre de rangements particulièrement important à leurs propriétaires.

Ces modèles très lourds sont le plus souvent équipés de poignées métalliques ou laitonnées, pour assurer une parfaite solidité. C'était également impossible pour le client de voyager avec ce type de bagages sans porteurs. Lors d'un voyage transatlantique, ces malles étaient trop volumineuses pour être entreposées dans les cabines voyageur, c'était donc majoritairement des malles de cales, bien souvent exposées aux conditions les plus extrêmes.

Malles hautes en vente Découvrez le catalogue d’origine

Les malles chapeaux

Pour une femme comme pour un homme, il était impensable en 1900 de voyager sans se munir de son chapeau. Haut de forme ou à plume, cet accessoire indispensable était en vente dans toutes les vitrines de Paris et occupait une immense partie des magazines de mode.

Une grande partie des malles produites étaient dédiées au transport de ces accessoires, avec des aménagements tout particuliers en fonction de la nature du client. Une femme pouvait voyager avec une soixantaine de chapeaux, quand trois suffisaient à un homme. On retrouve un très grand nombre de modèles différents, mais c'est bien la forme cubique qui représente le mieux ces bagages d'antan.

Malles chapeaux en vente Découvrez le catalogue d’origine

Les malles automobiles

Les malles automobiles se distinguent largement des autres bagages, avec des formes, des couleurs ou des spécificités très particulières. Au début des années 1900, chaque voiture devait être équipée d’une malle spécifique, fixée à l’arrière, sur le marche pied ou sur le pavillon du toit.

Un grand nombre de ces malles ont été fabriquées sur mesure, pour un modèle de voiture unique. En fonction des besoins du client et des particularités du véhicule ( la forme du capot, du toit, du coffre arrière) le malletier devait fabriquer une malle qui puisse naturellement épouser la forme de la carrosserie. La malle devait également être recouverte d’une toile étanche, de la même couleur que la voiture. On remarque toujours des petites poignées métalliques étroites sur les malles automobile, pour permettre d’accrocher une sangle sur la voiture.

Malles automobiles en vente Découvrez le catalogue d’origine