L'origine de Goyard

Mis à jour : mars 12

C'est la maison Martin, créée en 1792 par Pierre Francois Martin, qui est à l'origine du célèbre malletier.

Dans les années 1800, la maison Martin se démarque rapidement des autres coffretiers emballeurs par sa qualité et son engagement.

Son Altesse Royale, la duchesse de Berry, aime faire appel au jeune Pierre François pour emballer ses différents objets, livres ou effets personnels avant chaque voyage. Pour son savoir-faire et sa fidélité, l'artisan sera nommé dans les années 1820 "Layetier, Coffretier, Emballeur de Son Altesse Royale de son Altesse, la duchesse De Berry ". Dès lors, la boutique se situe aux 4 rues neuves des capucines, future première boutique d'un certain Louis Vuitton, jeune Jurassien d’une vingtaine d’années.


Dans les mêmes années, en 1810, on remarque que la maison Catalouze, également Layetier-Emballeur, s'installe dans une boutique au 233 rue Saint-Honoré (boutique aujourd'hui historique de la maison Goyard). Cette entreprise spécialisée dans les caisses d'emballage, héritage de Charles Catelouze, sera finalement reprise par Meffre Jeune vers 1830.

En 1834, Meffre jeune et la prestigieuse maison Martin s'associe, entrainant le déménagement de la rue neuve des capucines pour s'établir définitivement Rue Saint-Honoré.


Pierre François, alors dirigeant d’une des plus importantes entreprises de coffretier emballeur, dote sa protégée, la jeune Pauline Moutat, de sa maison et décide de marier celle-ci avec un de ses ouvriers âgés de 23ans, Louis Henri Morel. Les jeunes époux deviennent pleinement propriétaires de la maison en 1847.


Louis Henri Morel se lie d’amitié avec l’un de ses ouvriers, le jeune François Goyard, engagé en 1845. Alors âgé de 17ans, Louis Henri et Pierre François vont rapidement former de façon exemplaire ce jeune apprenti et lui enseigner le savoir-faire particulier d’emballer malletier.


François Goyard provient d’une famille de « fluvieur », profession aujourd'hui disparue consistant a faire venir du bois de chauffage par la seine vers Paris. Il est donc naturellement sensible au bois, et cette proximité l’aidera beaucoup dans son futur métier de malletier.

C’est le décès inattendu du jeune Louis Henri Morel en 1852 qui marquera considérablement la maison. Rapidement, c’est Francois Goyard qui est en charge de l’entreprise, sous la responsabilité financière de Pauline Moutat. Seulement, la jeune veuve tombe malade à son tour et après de nombreuses démarches administratives, disparait en 1856, cédant l’héritage de la maison au jeune François Goyard et son épouse, Marie Delaporte. Ils deviennent pleinement propriétaires du fonds de commerce le 1er avril 1857.

François employait ses frères, Claude et Martin, jusqu'à ce que des rivalités les séparent définitivement. Les deux frères vont chacun ouvrir une boutique d’emballeur Malletier et c’est pour se différencier de cette nouvelle concurrence utilisant le même patronyme que Francois décide en 1876 de renommer son enseigne, Goyard Ainé.



 © 2020 by Charly Martin

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon